Accueil > Actualité > Le cauchemar de l’été 2012 ! Pannes, retards, suppressions, matériel (...)

puceLe cauchemar de l’été 2012 ! Pannes, retards, suppressions, matériel insuffisant...

L’été 2012 sur la Ligne des Cévennes a été "cauchemardesque" pour la plupart des voyageurs ayant souhaité emprunter le Cévenol depuis et jusqu’à Marseille ou les TER Clermont-Ferrand - Nîmes.
À plusieurs reprises ils ont manifesté leur colère et envoyé de nombreux courriers à l’association des élus pour la défense du Cévenol ou au Conseils régionaux concernés, en mentionnant les détails des déboires vécus lors de leur voyage !
La pagaille fut telle certains jours que les voyageurs exaspérés ont interpellé violemment le personnel en gare qui, bien souvent, se retrouvait lui-même dépourvu d’informations, la hiérarchie étant évidemment absente (ou en vacances !) dans ces cas-là...

On retiendra surtout :
* Une sous-capacité du matériel (que la SNCF cache derrière l’expression grotesque "d’affluence exceptionnelle de voyageurs") mis à disposition pour assurer le TER Nîmes > Mende de l’après-midi, entraînant des retards systématiques importants au départ de Nîmes pour ce train et le suivant (Le Cévenol) "gêné" jusqu’à La Bastide, car devant attendre la libération des cantons (voie unique) par le précédent...
* Une sous-capacité du matériel mis à disposition, à partir de Langogne, pour assurer le TER Clermont-Ferrand > Nîmes du matin.
* Une sous-capacité du matériel mis à disposition, au départ de Nîmes, pour assurer le TER Nîmes > Clermont-Ferrand du soir.
* La suppression du matériel Corail certains jours pour assurer la relation Clermont-Ferrand <> Marseille (remplacement par autorail AGC) parfois limité ou amorcé à Nîmes seulement...
* Des pannes de matériel (locomotives du Cévenol, automoteurs TER, climatisation...) à répétition entraînant souvent la suppression des circulations ou à défaut leur limitation à une partie du trajet, sans compter la condamnation éventuelle des toilettes (hors service) imposant des arrêts prolongés en gare pour le plus grand soulagement des voyageurs !
* L’incohérence des annonces sur le serveur vocal d’Infos Lignes par rapport à la réalité du "terrain", même après les heures de départ des trains concernés donc lorsque la situation réelle est connue : ainsi certains jours de grève notamment, Le Cévenol était annoncé "supprimé" mais circulait effectivement, ou inversement !
* Lors de recherches de trajets sur Internet par des usagers, signalement de l’inexistence des gares de Langogne et Langeac dans la liste des gares desservies par les trains "InterCités" sur le site Internet officiel de la SNCF !
* Des annonces dans le train voire en gare, à Alès notamment, invitant les voyageurs à rebrousser sur Nîmes pour être acheminés vers Paris en TGV (en cas de retard important), la relation assurée par Le Cévenol via Clermont-Ferrand étant ainsi dépourvue de tout intérêt et vidée de ses utilisateurs !
* L’impossibilité de voyager en 1ère classe certains jours à bord du Cévenol en absence de voiture comportant ce type de places assises !
* Un retard quasi-systématique du Cévenol Marseille > Clermont-Ferrand au départ de Marseille (mise en place tardive de la locomotive ou priorité d’entrée/sortie donné aux TGV en gare Saint-Charles).

L’inventaire quasi-exhaustif des dysfonctionnements constatés (et relevés par nos membres) durant l’été 2012 sur la ligne des Cévennes est consultable ci-dessous. La presse a aussi relayé plusieurs fois les déboires de voyageurs laissés en carafe par la SNCF ! (voir article ci-dessous).

PDF - 65.5 ko
Cévennes - Irrégularité des trains - Été 2012
PDF - 266.2 ko
Cévennes - Dysfonctionnements exploitation - Été 2012
JPEG - 214.9 ko
"L’Éveil de la Haute-Loire" - 15/09/2012